Série en trois volets sur les Maisons Partagées,

une alternative aux Ehpads lancée dans le Tarn

Printemps de l'hiver.jpg

©BarnaBe/Mars 2019

Réalisation : Vincent Nguyen

Le printemps de l’hiver

Ils s’appellent Monique, René, Jacques, Michel… Ils ont entre 75 et 85 ans. Sans être dépendants ou grabataires, ils ne peuvent plus habiter seuls et comme souvent, leurs enfants ne peuvent pas les accueillir. Ailleurs, ils iraient en EHPAD où ils perdraient rapidement contact avec le monde extérieur, celui des vivants. Mais ici, dans le Tarn, ils ont la chance de vivre une expérience exemplaire : la maison partagée. Un concept imaginé par Josette, une ancienne directrice d’EHPAD associatif attachante et hors-norme, bien placée pour savoir que la France a un problème dans la manière de traiter ses anciens. À Tauriac, nous avons suivi la première semaine d’une nouvelle résidente, Suzanne, qui à 76 ans entame une nouvelle vie : le printemps de son hiver.

L'Hiver partagé.png

©BarnaBe/Novembre 2019

Réalisation : Vincent Nguyen

L'hiver partagé

Retour dans le Tarn à l’occasion de l’ouverture d’une toute nouvelle Maison Partagée qui accueille 5 nouvelles résidentes. Monique, Josette, Simone, Yolande et Sylvette passent leur première semaine en colocation en compagnie de l’énergique Josette Ancilotto, à la tête de l’association Âges sans Frontières, qui les aide à prendre leurs marques. En partageant une maison, ces jolies dames ont choisi de tourner ensemble une page et de faire en sorte que, comme dans un bon roman, le dernier chapitre soit le plus savoureux.

Vieillir librement.jpg

©BarnaBe/Janvier 2021

Réalisation : Vincent Nguyen

Vieillir librement

 

Alors que la COVID affecte particulièrement nos aînés et a fait de nombreuses victimes dans les maisons de retraite, nous avons voulu prendre des nouvelles de ces attachants colocataires du troisième âge, qui ont choisi de vieillir dans une structure moins médicalisée, mais à taille humaine.  Jacques va mieux, Suzanne moins bien et René, avec sa langue bien pendue, incarne toujours le bon sens près de chez vous. De nouveaux venus, comme Patrice aident à mettre la vie en musique malgré un invité non désiré à la maison de Brens.

 

L'asension du mont vend-tout.png

©BarnaBe/Juin 2019

Réalisation : Vincent Nguyen

L'ascension du mont 'vend-tout'

À la mort de l’Abbé Pierre en 2007, des compagnons et amis d’Emmaüs savoyards ont eu une idée folle : rejoindre à vélo la Porte de Versailles à Paris, où se tient chaque année le Salon Emmaüs, la plus grande brocante d’Europe. Depuis, la tradition de « la Recyclade » se perpétue. 650 kilomètres en 6 jours. Tout en suivant cette belle aventure humaine à travers de superbes paysages de campagne, nous retraçons en archives le parcours de celui que toutes les communautés Emmaüs appellent encore « le père » : l’inoubliable Abbé Pierre.

Rungis.jpg

©BarnaBe/Sept.2019

Réalisation : Vincent Nguyen

Rungis à tu et à toi

 

Après la construction des Halles de Paris sous Napoléon III, Emile Zola les avait surnommées « Le ventre de Paris ». Venue de toute la France la marchandise débordait dans la rue, « sur le carreau » comme on disait. C’était le quartier le plus animé de la capitale et on y travaillait dur. Il y a 50 ans, au cours du « déménagement du siècle », les Halles ont été transférées à Rungis. Malgré la modernisation, la mondialisation, la règlementation, des femmes et des hommes, amoureux de leur produits et accros à leur métier donnent une âme et du cœur à ce ventre monstrueux, qui après s’être agité toute la nuit, chaque après-midi enfin s’assoupit.

Cuisine des Tontons NEW.jpg

©BarnaBe/Dec. 2019

Réalisation : Vincent Nguyen

La cuisine des Tontons

Des films savoureux, le cinéma français nous en a mitonnés pas mal. Mais Les Tontons Flingueurs, sous ses airs de frichti, fricote avec la haute gastronomie. Quel est la recette d’un tel succès ? De la pomme, y’en a. De la betterave, aussi. Mais encore ?

Le monde de Django.jpg

©BarnaBe/Juin 2020

Réalisation : Vincent Nguyen

Le monde de Django 

Présentation du film Django d'Etienne Comar, à travers les portraits de ses acteurs : Reda Kateb qui incarne Django Reinhardt, mais aussi les manouches de Forbach, musiciens professionnels qui pour l'occasion se sont improvisés comédiens. Bimbam, l'espiègle nonagénaire qui joue la mère du guitariste dans le film, Samson Schmitt, Hono Winterstein et Timbo Mehrstein, 3 grands musiciens de jazz manouche, nous font découvrir leur communauté, ses valeurs et son histoire, et nous racontent la vie de leur idole Django, inventeur génial d'une musique qui respire la liberté.